• Lamine Guirassy : « Soit nous continuons de nous défendre, soit c’est la fin des radios privées en Guinée »

    Lamine Guirassy : « Soit nous continuons de nous défendre, soit c’est la fin des radios privées...

    mardi 12 décembre 2017 17:00
  • 4 radios privées fermées à Conakry : «une violation grave et flagrante de la liberté de la presse», réagit le Président de l’URTELGUI

    4 radios privées fermées à Conakry : «une violation grave et flagrante de la liberté de la...

    mardi 12 décembre 2017 16:55
  • Justice : le ministre interdit la délivrance des certificats de non poursuite judiciaire (Communiqué)

    Justice : le ministre interdit la délivrance des certificats de non poursuite judiciaire...

    mardi 12 décembre 2017 16:50
  • CNOSCG: Sékou Amadou Diakité appelle à la démission du Bureau Exécutif (pétition)

    CNOSCG: Sékou Amadou Diakité appelle à la démission du Bureau Exécutif (pétition)

    mardi 21 novembre 2017 14:51
  • Esclavage en Libye  Communique du Président en Exercice de L’Union Africaine

    Esclavage en Libye Communique du Président en Exercice de L’Union Africaine

    samedi 18 novembre 2017 18:16

Afin de lutter contre la prolifération de la vente illicite des faux médicaments, les étudiants de l'Université Gamal Abdel Nasser de Conakry en collaboration avec deux universités privées lancent un mois de campagne de sensibilisation à Conakry.

C’était au cours d'une formation organisée ce lundi 20 mars 2017 que cette information a été donnée officiellement par le président des étudiants en pharmacie, Salif Talassane Bangoura.

Selon lui, l’objectif de cette sensibilisation est d'informer la population sur des risques liés à la consommation des médicaments de la rue. « Nous sommes étudiants en pharmacie. On n’apprécie pas cette pratique, car aujourd’hui les médicaments se trouvant dans les mains des non professionnels impactes drastiquement la santé des populations.

Nous voulons cependant que la pharmacie soit aux pharmaciens. C’est dans ce cadre que nous voulons sensibiliser les populations pour les faire comprendre que les médicaments de rues sont dangereux pour leur santé’’ « Actuellement dans notre capitale toutes les pharmacies et les places publiques ont reçues des affiches pour dire que, c'est les pharmaciens qui doivent gérer les médicaments, non tout le monde. »

Camara Ibrahima Sory 656898121

PARTENAIRES
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Copyright © 2014  GUINEEUNIVERS  All Rights Reserved.