• REFLEXION D'UN CITOYEN AUTOUR DU FONCTIONNEMENT DES  INSTITUTIONS PREVUES PAR LA CONSTITUTION DU 07 MAI 2010  CAS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

    REFLEXION D'UN CITOYEN AUTOUR DU FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS PREVUES PAR LA CONSTITUTION DU...

    mercredi 12 septembre 2018 19:45
  • Religion: Pour s'être converti dans le  christianisme, le confrère  Bangaly  Bangoura menacé de mort

    Religion: Pour s'être converti dans le christianisme, le confrère Bangaly Bangoura menacé de mort

    samedi 14 juillet 2018 11:02
  • Guinée : le secteur privé et la LGFP félicitent le nouveau PM Kassory Fofana

    Guinée : le secteur privé et la LGFP félicitent le nouveau PM Kassory Fofana

    jeudi 24 mai 2018 11:31
  • Communiqué de presse du Gala de 100 entreprises les plus dynamique en Guinée

    Communiqué de presse du Gala de 100 entreprises les plus dynamique en Guinée

    mercredi 21 mars 2018 19:15
  • Communiqué du Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations Senior 2023

    Communiqué du Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations Senior 2023

    jeudi 1 mars 2018 11:26

Le président du GRUP émet des réserves quant à la tenue du procès des massacres du 28 septembre 2009. Ce, après l’annonce du ministre de la justice, garde des sceaux Maitre Cheick Sacko. Papa Koly Kourouma estime que l’Etat n’est pas financièrement prêt pour organiser ce procès en 2017.

 

Huit ans après les massacres du 28 septembre, les victimes et défenseurs des droits de l’homme attendent que justice soit faite dans ce dossier.  Le ministre Maitre Cheick Sacko  annonce l’ouverture d’un procès d’ici la fin de l’année. Le président du parti GRUP reste sceptique sur la question.

« Je ne doutes pas de la sincérité de Mr le ministre de la justice. Mais moi je pense que pour tenir un tel procès il faut des moyens suffisants. Or quand je regarde le budget national et je que prenne le département de la justice nulle part je n’ai vu inscrit la tenue de ce procès. Alors c’est pourquoi j’émets des doutes » explique Le président du GRUP.

« La présence ou non du Capitaine Moussa Dadis Camara peut ne pas impacter sur le déroulement du procès. Mais pour  qu’il soit équitable, il faudrait la présence de tous les inculpés » estime l’ancien ministre de l’énergie et de l’hydraulique.

« Ce n’est pas parce que le capitaine Dadis est inculpé que cela va jouer sur le procès. Mais peut être son absence va impacter le procès. Quand on doit tenir un tel procès et qu’on veut qu’il soit équitable il faut que tous les inculpés soient présents. On ne peut le faire à l’absence d’un des inculpés.»

Papa Koly ne doute pas de la capacité du pool des juges qui s’occupe de l’enquête dans ce dossier. Pour lui, le travail accompli jusque là,  montre que les juges sont  à la hauteur de la tâche.

La Rédaction

PARTENAIRES
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Copyright © 2014  GUINEEUNIVERS  All Rights Reserved.